Votre pub ici, contactez-nous.

Éducation : Le pari inévitable du numérique pour le Bénin

Date:

« L’éducation est l’arme la plus puissante que l’on puisse utiliser pour changer le monde ». Nelson Mandela fut visionnaire, lorsqu’en 2003, il laissait cette citation à la postérité. Vingt années plus tard, elle résonne encore dans nos oreilles comme un rappel à l’ordre persistant des enjeux les plus importants de notre trajectoire vers la prospérité.

En effet, pour les pays en voie de développement et pour le Bénin en particulier, la disposition en masse d’une ressource humaine de qualité est la voie ultime vers le développement. Il est donc nécessaire de s’assurer que tous les individus, quelle que soit leur situation, aient un accès équitable à une éducation de qualité. Toutefois, force est de constater que malgré les efforts faits sur les cinq dernières décennies, plusieurs défis demeurent et si on ne change pas radicalement d’approche, le bout du tunnel ne cessera de fuir.

Par exemple, sur la période 2015-2019, une dotation budgétaire moyenne annuelle de plus de 240 milliards est accordée au secteur de l’éducation (maternel, primaire, secondaire et supérieur), ce qui représente annuellement 16% du budget de l’Etat. Mais les résultats restent mitigés.

Les problèmes auxquels fait face notre système éducatif sont connus en grande partie : le nombre pléthorique des apprenants, des salles de classes mal équipées pour répondre aux enjeux de l’apprentissage de qualité, des enseignants peu qualifiés et des conditions de travail encore peu attrayantes. Face à un tel tableau, évidemment peu reluisant, il faut donc agir. Agir vite avec audace et ambition.

Changer d’approche : miser sur le numérique

Roland Houngbadji, Fondateur de Classe19

Les initiatives d’introduction du numérique dans le système éducatif béninois ne sont pas nouvelles. Cependant, il faut reconnaître qu’elles sont parcellaires et leur mise en œuvre relève davantage d’opérations de charme que de la manifestation d’un changement radical. C’est tout l’enjeu de la nécessité de ce basculement d’approche aujourd’hui. C’est avéré : en exploitant pleinement le potentiel du numérique dans l’éducation, il est possible de catalyser un changement radical et positif dans la société en formant des individus compétents, critiques et résilients pour faire face aux défis du monde moderne. C’est le pari que notre pays le Bénin doit impérativement prendre aujourd’hui pour éviter que, dans 20 ou 50 ans, certains défis persistent.

Mieux, notre pays semble plus que jamais prêt pour effectuer courageusement ce pas ambitieux vers un futur radieux. Puisque, en 2016, lors de sa prise de pouvoir, le chef de l’État, le président Patrice Talon a clairement affiché son ambition de faire du Bénin la plateforme de services numériques d’Afrique de l’Ouest. C’est une vaste ambition, mais les investissements de ces dernières années changent la vie de nos concitoyens. De l’état civil aux paiements d’impôts en passant par les marchés publics et la justice, le numérique a permis de profondément modifier certaines pratiques pour le bien des populations. L’éducation ne saurait se soustraire à ce vent de révolution. D’autant plus que, si elle est bien menée, elle est porteuse de belles promesses pour le système éducatif et le développement du pays.

D’abord le numérique permet de surmonter les barrières géographiques et économiques en offrant un accès plus large à l’éducation. Les plateformes d’apprentissage en ligne, les cours à distance et les ressources numériques permettent à des personnes de tous les horizons d’apprendre et de se former, même dans des régions éloignées ou défavorisées. Les investissements sont mutualisés, amortis sur la durée et permettent de baisser le coût d’accès au savoir. C’est fondamental, notamment dans un pays en développement où les inégalités peuvent être manifestes.

Ensuite, les technologies numériques permettent un apprentissage adapté au rythme et aux préférences de chaque apprenant car inévitablement, les formes d’apprentissage sont appelées à évoluer, à changer. Ces nouvelles approches correspondent davantage aux besoins des apprenants du XXIè siècle plus orientés vers le développement de compétences essentielles pour le 21e siècle, telles que la pensée critique, la résolution de problèmes, la créativité et la collaboration.

Enfin, le numérique garantit le suivi et l’évaluation en temps réel. Les plateformes numériques permettent un suivi en temps réel des progrès des apprenants, ce qui peut aider les enseignants à identifier rapidement les domaines où les étudiants ont du mal et à adapter leur enseignement en conséquence. Nous parlons, là, de nouvelles possibilités qu’il serait très difficile voire impossible d’envisager en dehors du numérique. Et la liste n’est pas exhaustive.

L’enthousiasme, en conclusion, est que tout ceci n’est pas seulement une vue de l’esprit. La perspective prend déjà forme dans la réalité à travers des initiatives innovantes et ambitieuses. L’une d’entre elles est Classe19 que nous avons lancée en 2020 dans la foulée de la pandémie du Covid-19. Ce soutien scolaire digital aide les apprenants à préparer et réussir leur parcours scolaire en toute sérénité. Il s’agit d’un ensemble de ressources éducatives dans les matières principales (Mathématiques, PCT, SVT, Français et Anglais). Les contenus sont préparés et conçus avec des professeurs certifiés par l’Etat béninois sous la supervision de conseillers pédagogiques.

Classe19 a déjà conquis des agences gouvernementales dans le cadre du service universel. Elle est désormais sans doute, le projet le plus abouti et le plus ambitieux correspondant à ce changement radical nécessaire dans le système éducatif. Si elle est ambitieuse, c’est aussi parce qu’elle est parfaitement au fait des enjeux.

En effet, l’intégration réussie du numérique dans l’éducation nécessite, entre autres, une infrastructure adéquate, une formation appropriée des enseignants, une inclusion numérique et une protection des données personnelles. De plus, il est essentiel de veiller à ce que le numérique ne crée pas de nouvelles formes d’inégalités, en garantissant un accès équitable aux technologies et en évitant la fracture numérique.

Auteur : Roland Houngbadji, Fondateur de Classe19 (www.classe19.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Inscrivez-vous

Populaire

En savoir plus...
Plus d'infos

Fiff 2024 : L’édition de la maturité pour briser les stéréotypes

Du 20 au 24 février, Cotonou est la capitaine du cinéma africain produit par des femmes à travers le festival International des films de femmes, FIFF 2024.

Conseil des Ministres : Des nominations au ministère des Enseignements Maternel et Primaire 

Le Conseil des ministres de ce mercredi 21 février a procédé à de nouvelles nominations au ministère des Enseignements Maternel et Primaire.

FIFF Cotonou 2024 : Le compte à rebours lancé

La 3ᵉ édition du Festival International des Films de Femmes (FIFF) prends ses quartiers à Cotonou avec des icônes du cinéma africain présents pour y prendre part.

Écriture pour jeune public : 12 auteurs Béninois en résidence (Liste)

Du 19 février au 10 mars, 12 auteurs participent à la résidence de renforcement de capacités artistiques en écriture pour jeune public.