Votre pub ici, contactez-nous.

Secteur sanitaire : Les responsabilités et les obligations d’exercice en clientèle privée

Date:

Depuis le 31 août dernier, les professionnels de santé agents de l’État devraient déjà choisir de continuer à travailler dans le secteur public ou de démissionner pour aller travailler dans le secteur privé.

Une décision du gouvernement pour mettre de l’ordre dans le secteur sanitaire notamment dans l’exercice en clientèle privée. C’est pourquoi, avant de démarrer le contrôle, le ministre de la santé fait les mises au point nécessaire quant à l’exercice en clientèle privée.

Désormais, l’exercice en clientèle privée est soumis à la délivrance d’une autorisation en bonne et due forme. Une autorisation à obtenir après étude des dossiers de demande et des dossiers de demande d’autorisation d’ouverture et d’exploitation d’établissement sanitaire privé ; le tout subordonnée au paiement de certains frais d’étude. Ainsi, les personnes ayant déposé leurs demandes et qui sont en attente de réponse sont déjà invitées à se rapprocher du service de la Réglementation sanitaire de la direction nationale de la Santé publique au ministère de la Santé pour les dispositions nécessaires à prendre.
Pour ceux qui ne disposent d’aucune autorisation et ceux disposant d’autorisation non valide, ils sont conviés d’ores et déjà à déposer leurs dossiers auprès des ordres et associations qui encadrent leurs corps professionnels, pour transmission au secrétariat de la commission technique d’étude des demandes.

LIRE AUSSI:

SANTE : Le gouvernement donne un ultimatum aux agents publics exerçant dans le privé

Selon le ministre de la santé, les professionnels de santé qui sont dans le secteur privé, ont trois mois pour obtenir leurs autorisations d’exercice en clientèle privé, auxquels cas, ils seront purement et simplement fermés. Les professionnels de santé, promoteurs de formations sanitaires privées, ont également trois mois pour obtenir leur autorisation d’ouverture et d’exploitation d’établissement sanitaire privé.

Tout professionnel de santé exerçant dans le secteur privé de la santé doit donc disposer d’une autorisation d’exercice en clientèle privée accordée par le ministre de la Santé.

Toutefois, une dérogation spéciale d’exercice en clientèle privée, encadrée dans des limites bien précises, est accordée aux anesthésistes réanimateurs agents de l’État. Mais les prestataires ponctuels, c’est-à-dire payés sur la base du nombre de prestations ou gardes, les agents de l’Etat qui sont déjà admis à la retraite et qui disposent d’autorisation d’exercice en clientèle privée, les apprenants non agents de l’Etat et qui disposent d’autorisation d’exercice en clientèle privée, ne sont pas concernés ni par l’obtention d’une autorisation ni frappés l’interdiction en clientèle privée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Inscrivez-vous

Populaire

En savoir plus...
Plus d'infos

FIFF Cotonou 2024 : Le compte à rebours lancé

La 3ᵉ édition du Festival International des Films de Femmes (FIFF) prends ses quartiers à Cotonou avec des icônes du cinéma africain présents pour y prendre part.

Écriture pour jeune public : 12 auteurs Béninois en résidence (Liste)

Du 19 février au 10 mars, 12 auteurs participent à la résidence de renforcement de capacités artistiques en écriture pour jeune public.

Révision de la constitution : Jacques Ayadji dézingue Abraham Zinzindohoué

La mouvance au pouvoir, en occurence Jacques Ayadji et Abraham Zinzindohoué, semble ne pas s'accorder sur la conduite à tenir pour

Médias en ligne : Le REPROMED-BÉNIN en tournée dans les rédactions

Dans le cadre de l'exécution de son Plan de Travail Annuel, exercice 2024, le Bureau Exécutif National du REPROMED-Bénin a entamé une tournée