Votre pub ici, contactez-nous.

BENIN : Wilfried Léandre Houngbédji décrypte les questions d’actualité

Date:

Le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji était ce vendredi 03 mars face à la presse pour décrypter les sujets d’actualité de l’heure.

Dans le cadre de son rendez-vous hebdomadaire avec les hommes des médias, le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji a apporté plus de détails sur certaines informations qui circulent sur la toile et qui font l’actualité. C’était ce vendredi 03 mars 2023 dans les locaux du quotidien Fraternité.

INTÉGRALITÉ DES PROPOS DU PORTE-PAROLE

À quoi serviraient les 500 caméras que le gouvernement s’apprête à acquérir ?

Vous savez qu’après le drame de Dassa, dans les mesures annoncées par le gouvernement figurait déjà la décision d’acquisition des caméras munis de microphone dédié donc aux contrôles routiers.
Ces caméras sont des outils de travail de la police et d’autres corps qui existent. Dans ce contexte ce que ça va changer, les 500 caméras qui vont être acquises vont être distribuées à des agents de la police et de la douane dans une première phase. Elles sont toutes reliées à une base qui est une sorte de centrale qui va recueillir les images qui viendront du terrain. C’est certes un dispositif qui va permettre d’avoir plus de transparence et plus de crédibilité dans ce qui se fait sur nos voies en matière de contrôle et de sécurité. Notre rôle à nous, c’est de mettre des conditions pour que le travail qui se fait soit fait de façon optimale dans les conditions indiquées et qu’un policier ou un douanier n’aille pas commettre d’abus sur un citoyen et que le citoyen lui-même se comporte comme il le faut. Les policiers ou les douaniers qui seront munis de ses caméras ne seront pas opérationnels si la caméra est éteinte. Si la caméra est en panne le policier sort du dispositif. Personne n’ira faire de constat si sa caméra n’est pas fonctionnelle.

500 caméras sont elle suffisante pour couvrir tout Cotonou ?

Je connais un pays de 65 millions d’habitants à peu près, aujourd’hui, ils en ont 30 mille. Nous sommes 12 millions, nous avons 500, c’est pour le premier contingent qui va être préposé à ses contrôles. Nous pourrons en acquérir d’autres après. Ce sera forcément en adéquation avec les effectifs qu’on va déployer sûr tel ou tel segment de travail à faire sur le terrain. Donc 500 n’est que le début.

Pourquoi la lutte contre le bruit dans les églises ?

On a réglementé le bruit au Bénin. Chacun peut observer combien de nuisance, nous vivons au quotidien du fait des activités de certains d’entre nous. Le meunier ne sait pas que vous devez vous reposer. La cloche de l’église tout proportion gardée peut aussi être des vecteurs de nuisance pour les gens qui sont dans les environs. La réglementation du bruit a brassé un ensemble de facteurs ou de causes de nuisance.

Il y a une répression qui est lancée contre la cybercriminalité, quelle est la position du gouvernement et que pensez vous de l’appel de l’artiste (vano baby)?

Je crois que c’est un chantier qui désormais va être permanent parce que tant que les réseaux existent, il y aura toujours les gens pour se comporter autrement que le texte autorise. Sur les réseaux sociaux on entend bien qu’il n’y aura pas de répit, puisqu’il n’y aura pas de répit, il s’entend aussi que la police ne peut dormir sur ses lauriers. Donc chaque fois où il y aura d’opportunités de faire des opérations soit parce que les informations parviennent, la police fera son travail.
Pour l’artiste, le gouvernement n’a rien à dire. Il a lancé son appel en tant qu’artiste ou pour ses amis ou pour la jeunesse. C’est son appel à lui, le gouvernement fait son travail, celui d’assurer la sécurité aux Béninois y compris notre ami artiste.

Il est entendu partout que c’est le réseau Celtiis qui est à l’origine de l’arrestation des cybercriminels, vous confirmez cela ?

Franchement, ça n’a rien à voir si ce n’est pas pour entretenir des polémiques inutiles et il ne faut pas accorder plus de considération qu’il en faut.

Après le drame de Dassa, n’est-il pas possible de penser à refaire les chemins de fer ?

Le gouvernement du Bénin à diligenter une expertise pour voir ce que ça coûterait. Nous avions fait avec des Asiatiques et je peux vous dire qu’à l’arrivée, on est dans les 200 milliards de francs CFA si nous voulons refaire aujourd’hui le chemin de fer complet au nord et moderne. Vivement que nous ayons tout cet argent assez vite pour que les successeurs de président Talon le trouvent pour permettre à notre pays de passer le cap aussi dans ce secteur-là en mettant en place des structures modernes et dignes du nom.

La médecine d’urgence est actée dans les universités du Bénin, cette décision est elle en lien avec le drame de Dassa ?

Ce n’est pas en lien avec Dassa. Avec un peu de bonheur, ça serait passé deux semaines ou trois avant même le drame de Dassa. C’est un projet qui figure dans le PAG. Il a été déjà étudié avec les observations du comité interministériel, il est reparti et il a été soumis au conseil national de l’éducation. Comme il s’agit d’ouvrir des filières le CNE devrait se prononcer là-dessus et il s’est penché sur le dossier. Il est revenu après le drame de Dassa. Mais il n’a pas été généré pas le drame de Dassa.

La visite de Paul Kagame au Bénin est annoncée, vous confirmez cette information ?

C’est possible qu’une telle visite intervienne. Le cas échéant, nous en reparlerons.

Après le drame de Dassa, il y a des rumeurs qui circulent et qui stipulent que le code de la route n’est plus d’actualité. Que fait le gouvernement en ce sens ?

Nous avons un projet de code de la route sur lequel le gouvernement s’est penché, il y a à peu près cinq mois et qui a fait objet d’un séminaire gouvernemental. Nous n’avons pas entendu le drame de Dassa pour entamer la revue du code de la route. Dans les prochains jours, ça fera objet de délibération du Conseil des ministres et l’Assemblée nationale en sera saisie.

Que pensez-vous du message de Reckya Madougou ?

La République fonctionne, les gens ont répondu de ce qui leur est reproché et ont eu telle ou telle peine. Après, je pense tout ceux ou toutes celles qui sous couvert de circonlocution appel l’orage sur le Bénin n’échapperont pas aux cordes quand elles vont pleuvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Inscrivez-vous

Populaire

En savoir plus...
Plus d'infos

Conseil des ministres : Nominations et décisions de ce mercredi 27 avril 2024

Le Conseil des Ministres a eu lieu ce mercredi 24 avril 2024, sous la présidence de Patrice Talon, avec des décisions et des nominations

FInAB : L’édition 2024 officiellement lancée

La 2ᵉ édition du festival international des arts du Bénin, Finab, est officiellement lancée, ce mardi, à la place de l'amazone à l'issue d'une conférence de presse

Tour Cycliste International : le Bénin capitale du vélo du 30 avril au 04 mai 2024

Le Bénin abrite du 30 avril au 04 mai, la 19e édition du Tour Cycliste International. Le président de la Fédération Béninoise du cyclisme

Autonomisation des personnes handicapées : Le combat de l’Association Handi Senami

Créée en 2023 et préoccupée par la situation des personnes en situation de handicap, l'Association Handi Senami lance officiellement ses activités pour le compte de l'année 2024.