Votre pub ici, contactez-nous.

Carlos Ghosn mis en examen au Japon, une procédure engagée contre Nissan, un article de Le Monde.fr – Actualités et Infos en France et dans le monde

Date:

[ad_1]

L’ancien dirigeant de Nissan, Carlos Ghosn, le 11 mai 2012, au siège du constructeur automobile, à Yokohama (Japon).
L’ancien dirigeant de Nissan, Carlos Ghosn, le 11 mai 2012, au siège du constructeur automobile, à Yokohama (Japon). TORU YAMANAKA / AFP

Carlos Ghosn a été mis en examen, lundi 10 décembre. Après vingt-deux jours de garde à vue, le parquet de Tokyo a décidé d’inculper l’ancien président de Nissan pour avoir minoré les déclarations de revenus remises aux autorités financières japonaises entre les exercices 2010 et 2014. M. Ghosn a par ailleurs été à nouveau placé en garde à vue pour des faits similaires, mais pour les exercices 2015 à 2017. Si cette nouvelle détention était prolongée, il pourrait rester derrière les barreaux pendant vingt-deux nouvelles journées.

Son proche conseiller Greg Kelly, arrêté en même temps pour complicité, a lui aussi été mis en examen. Depuis leur placement en détention, les deux hommes nient toute malversation.

Lire aussi La ligne de défense de Carlos Ghosn face à la justice japonaise

Le parquet a aussi engagé une procédure contre Nissan en tant qu’entreprise, dont la responsabilité dans l’affaire Ghosn pourrait être engagée. Les déclarations de revenus sont normalement rédigées par les services de la société et non par la personne concernée.

Cela pourrait placer l’actuel PDG et président par intérim Hiroto Saikawa dans une position délicate. Au matin du 10 décembre, M. Saikawa a déclaré à la presse japonaise « n’avoir rien à déclarer, pour le moment ».

Saikawa, « l’âme damnée de Ghosn »

Dans le même temps, le Wall Street Journal (WSJ) du 9 décembre croit savoir que l’arrestation de M. Ghosn est survenue à un moment où il voulait se séparer de M. Saikawa.

Depuis sa nomination à la direction générale de Nissan en juin 2017, ce dernier aurait commencé à se distancier de la politique de M. Ghosn, revenant sur la stratégie qui consistait à fixer d’ambitieux objectifs chiffrés. Les relations entre les deux dirigeants se seraient ensuite tendues autour du projet de fusion, amorcé ces derniers mois, entre Renault et Nissan, et auquel M. Saikawa semblait s’opposer.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, un complexe édifice industriel

D’après un bon connaisseur du dossier, « tout le monde a toujours détesté Saikawa. Il était l’âme damnée de Ghosn, le premier à accepter les défis les plus durs à relever. Il était extrêmement brutal avec ses subordonnés. Quand il est devenu le patron de Nissan, il s’est retrouvé seul aux manettes. » Aurait-il décidé de tuer le père ? Au moment du scandale des inspections finales des véhicules, Carlos Ghosn aurait littéralement « laissé tomber Saikawa ».

Lire aussi Le redoutable bureau d’enquêtes spéciales aux trousses de Carlos Ghosn

Baisse du profit opérationnel de Nissan

Dans le même temps, M. Ghosn aurait été mécontent de la baisse des performances du constructeur nippon, le profit opérationnel ayant reculé de 17 % entre avril et septembre.

Il n’aurait également guère apprécié la gestion des scandales ayant touché Nissan, notamment celui des inspections finales des véhicules, qui a éclaté en septembre 2017 mais qui ne serait pas réglé. Il a contraint le groupe à rappeler plus d’un million de véhicules au Japon. Et un nouveau rappel de 150 000 voitures a été annoncé le 7 décembre.

D’après le connaisseur du dossier, quand le scandale a éclaté, Carlos Ghosn a littéralement « laissé tomber Saikawa, le laissant se débrouiller seul », ce qu’il n’aurait pas apprécié.

Lire aussi : Carlos Ghosn, l’ambition, l’argent et la gloire, jusqu’à la démesure

Enfin, ajoute le WSJ, l’âge entrerait aussi en compte dans la volonté de M. Ghosn. Hiroto Saikawa a 65 ans.

Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance)

[ad_2]

Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Inscrivez-vous

Populaire

En savoir plus...
Plus d'infos

Fiff 2024 : L’édition de la maturité pour briser les stéréotypes

Du 20 au 24 février, Cotonou est la capitaine du cinéma africain produit par des femmes à travers le festival International des films de femmes, FIFF 2024.

Conseil des Ministres : Des nominations au ministère des Enseignements Maternel et Primaire 

Le Conseil des ministres de ce mercredi 21 février a procédé à de nouvelles nominations au ministère des Enseignements Maternel et Primaire.

FIFF Cotonou 2024 : Le compte à rebours lancé

La 3ᵉ édition du Festival International des Films de Femmes (FIFF) prends ses quartiers à Cotonou avec des icônes du cinéma africain présents pour y prendre part.

Écriture pour jeune public : 12 auteurs Béninois en résidence (Liste)

Du 19 février au 10 mars, 12 auteurs participent à la résidence de renforcement de capacités artistiques en écriture pour jeune public.