Votre pub ici, contactez-nous.

Madagascar: Mise en œuvre des CND en Afrique – La législation sur le climat et la lutte contre la corruption sont prioritaires, un article de AllAfrica News: Corruption

Date:

[ad_1]

Pour réussir la mise en œuvre des Contributions nationales déterminées (CDN) en Afrique, l’élaboration et la mise en vigueur d’une législation sur le climat et la lutte contre la corruption sont prioritaires.

C’est ce qui ressort lors d’une session organisée par la Banque africaine de Développement (BAD) en son pavillon, lundi 10 décembre, septième jour de la 24e Conférence des Parties (COP 24). La session a été co-organisée par le Partenariat pour les stratégies de développement des basses émissions de l’Afrique (LEDS) (AfLP) et l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (PACJA), laquelle est une coalition continentale d’organisations de la société civile en Afrique. L’AfLP a pu partager ses expériences sur la valeur et le potentiel des pratiques des communautés en tant que mécanisme de mise en œuvre des CDN et des LEDS. La PACJA a collaboré avec le Parlement panafricain (PAP) afin de renforcer l’engagement des parlementaires africains en faveur du changement climatique et son intégration dans leurs politiques, plans et programmes autant au niveau national que continental.

Corruption et législation. Hon Kon Dognon, de la Côte-d’Ivoire a osé lever le tabou sur le problème sempiternel de la corruption en Afrique. Il a martelé qu’il faut encadrer la finance climatique et rechercher l’équilibre entre le développement des pays africains à l’accomplissement de leur CDN qui implique certaines restrictions en termes d’énergies fossiles. Il faut ainsi selon lui chercher des mécanismes de compensation pour que l’Afrique puisse à la fois se développer rapidement sans détruire l’environnement. « Il n’y a pas de honte à le reconnaître, la plus grande plaie de l’Afrique c’est la corruption, c’est pour cela que nos lois doivent être claires, précises et transparentes. Si j’étais un investisseur, je serais réticent à injecter mon argent, dans un pays où je dois encore dépenser une partie de mon argent pour les pots- de- vin donnés au ministre, au président » a-t-il ajouté en pointant du doigt les méfaits de la corruption et en soutenant l’importance d’une législation spécifique au climat. Par ailleurs, il a saisi l’occasion pour rappeler les CDN de la Côte- d’Ivoire ; soit réduire de 28% d’ici à 2030, l’exploitation des énergies fossiles ; sachant qu’actuellement, seuls 22% des sources d’énergies proviennent d’énergies renouvelables, si 78% proviennent de fuel léger.

Législation et communication. Notons que l’engagement civil dans la mise en œuvre des CDN a aussi été mis en exergue lors de la session. Carl Wessenlink de « SouthSouthNorth » a quant à lui mis en lumière l’importance du dialogue politico-civil et la volonté de s’émanciper de l’assistanat. « Il faut laisser tomber la logique d’assistanat et ne pas s’y complaire. En revanche il faut développer les capacités des communautés africaines à communiquer régulièrement avec leurs paires, à renforcer les collaborations et les connexions : et de promouvoir les échanges régionaux. Penser en termes d’opportunités de développement et non d’obstacles ou de défis. » a-t-il ajouté. Par ailleurs, Mithika Mwenda, directeur exécutif du PACJA a relevé l’importance du parlementarisme et du dialogue entre les décideurs et le peuple, quand il a parlé de la création d’une plate-forme de rencontre où les membres de la société civile peuvent interroger les politiques, les investisseurs et opérateurs économiques, sur leurs modèles de business, ou leurs conventions politiques. Aussi, dans la même optique, trouver de bonnes pratiques communautaires relatives à la promotion des CDN et répliquer celles qui ont eu le plus d’impacts s’avère, selon les panélistes, un moyen efficace d’arriver à réaliser les CDN, au moins jusqu’en 2030, si les échéances 2020 et 2025 semblent trop « épiques ».

NB : Cet article a été produit dans le cadre d’un renforcement de capacité de jeunes journalistes africains grâce à un partenariat entre la Banque africaine de Développement et la fondation Climate Tracker dans le cadre de la COP 24.



[ad_2]

Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager l'article:

Inscrivez-vous

Populaire

En savoir plus...
Plus d'infos

Baccalauréat 2024 : 56,93% de taux de réussite au plan national

56,93%, c’est le taux de réussite au plan national de l'examen du Baccalauréat session unique de 2024

Secteur funéraire au Bénin : Voici ce qui est prévu par le décret

Le 19 juin 2024, le gouvernement de la République du Bénin a adopté un décret pour réorganiser le secteur funéraire au Bénin. Lequel décret fixe les conditions de transport des dépouilles mortelles.

CEP 2024 : Un directeur d’école relevé de ses fonctions

Un directeur d’école vient d’être relevé de ses fonctions pour fautes graves commises dans l’exercice de ses fonctions, relatives au CEP 2024.

2ᵉ édition du jeu Génie en Herbe « le Génie Rotarien » : le club Interact de Cotonou Lagune sacré champion

La deuxième édition du jeu Génie en herbe dénommé "Le Génie Rotarien" a connu son épilogue. Le Club Interact de Cotonou Lagune est champion